Atelier diététique : c'est déjà les fêtes !

L'arrivée de Laure, diététicienne, au sein de notre établissement, a permis de développer depuis ces derniers mois le versant nutritionnel de notre prise en charge. Ainsi, avec la collaboration de l'équipe de dialyse péritonéale, des patients, accompagnés de leurs conjoints ont pu être conviés au premier atelier diététique organisé  fin novembre 2013 au sein de l'Altir.

Dès le tour de table de présentation des différents participants, une ambiance chaleureuse se dégage. Venus de Moselle, Annie et Gabriel ont bravé la neige pour nous rejoindre, Anne-Marie et Jean nous font rire en parlant de leur petit village où les élections se préparent joyeusement, Chantal et Roger sont avides de partager avec leurs pairs, tout comme Gilles qui n'est en dialyse que depuis un mois. De leur côté, Jacqueline et Georges, toujours fidèles aux manifestations proposées par l'Altir, affichent leur bonne humeur communicative.

L'animation commence. Chacun doit proposer un menu pour le repas des fêtes de fin d'année et les idées vont bon train. Les habitudes culinaires des diverses familles surgissent et les recettes sont déjà prêtes à circuler...Mais les règles du jeu sont énoncées clairement par Laure : une entrée, un plat et un dessert sont à notifier par post it. La collecte des papiers permet alors d'énumérer toutes les entrées qui ont été listées : escargots, huitres, foie gras, verrine d'avocat....L'accent peut alors être mis sur la particularité des menus festifs : la majorité des entrées proposées sont des entrées protidiques présentant un important apport de phosphore. De plus, pour les cas énumérés, la teneur en sel est également non négligeable. L'exercice se poursuit avec les plats principaux où les mêmes constatations sont faites. Viennent ensuite les desserts et les divers sucres apportés.

Si Laure permet à chacun de comprendre la composition des aliments, Carole, infirmière, prend la parole en tant que soignante pour sensibiliser l'auditoire des enjeux de l'alimentation dans le traitement des patients. Un rappel par exemple est fait sur les effets nocifs du sel qui peuvent générer à trop forte dose oedèmes et hypertension artérielle. Une mise en alerte est faite aussi sur le sucre apporté par l'alimentation, qui s'ajoute au glucose composant les poches de dialyse péritonéale.

Le chapitre suivant concerne les boissons et chacun constate que la liste des tentations est longue : depuis l'apéritif au pousse café en passant par le trou lorrain, chacun sait que les verres ont tendance à s'enchainer autour de la table de Noël ou de Nouvel An.

     

Les conseils sont alors largement distillés tout au long de l'après midi, le but étant de réussir à se faire plaisir mais de rester vigilants sur les cumuls en faisant attention aux invitations multiples, aux repas constitués de "restes", aux habitudes de certains de présenter plusieurs entrées, plusieurs desserts....Les conseils ? Elaborer soi-même son repas plutôt que d'avoir recours au tout cuisiné toujours trop salé ; penser à réduire les contenants ;  faire l'impasse sur le fromage, aliment du quotidien pour préférer et apprécier les plats de fête ; adapter le traitement médicamenteux aux excès prévus....

Loin d'être une leçon, l'après midi est récréative. Un quiz vient même agrémenter les conversations. Lequel de ces fromages contient le plus de sel entre chèvre frais, emmental, bleu d'Auvergne et camembert? Combien de morceaux de sucre dans une poche hyper? ... Il y a même des gâteaux qui arrivent sur la table et un goûter qui s'improvise. Car le message à retenir ne se veut pas un message de restriction mais un message de maitrise et d'autonomie. C'est aussi ce que souligne Joëlle, patiente ressource présente autour de la table, qui intervient dans le cadre de l'éducation thérapeutique.

Chacun repart, quelques recettes sous le bras, enchanté par cette journée de partage.